top of page

INTERVIEWS

INTERVIEW AVEC SANJEEV KUWADEKAR, SCÉNARISTE, RÉALISATEUR ET PRODUCTEUR DE "WOH RAAT"

TES



FÉVRIER 2023 - ÉDITION MENSUELLE





Sanjeev Kywadekar, merci beaucoup de nous accorder cette interview VIP.

Si vous le permettez, abordons tout de suite nos questions. Félicitations pour cette description passionnante d'une enquête sur un meurtre depuis l'intérieur d'une salle d'interrogatoire. Nous voyons une réminiscence de Douze hommes en colère, le drame en huis clos dans un tribunal de Sydney Lumet avec Henry Fonda en 1957. Peut-on dire que vous assurez la relève d'Agatha Christie au 21e siècle ? De quelles histoires de meurtre et de quels dramaturges vous inspirez-vous ?


À l'école, j'aimais lire des romans policiers - Erle Stanley Gardner, Agatha Christie, Sherlock Holmes, pour n'en citer que quelques-uns. Ces histoires m'ont inspiré dès le début.

J'ai commencé à écrire des histoires de meurtre et de mystère il y a quelques années, puis j'ai écrit des scénarios pour le théâtre et enfin pour le cinéma.

Vous avez tout à fait raison en ce qui concerne le décor. Je voulais tourner ce film dans une seule pièce pour garder le budget sous contrôle et j'ai pensé à «12 Angry Men» et j'ai essayé de créer un décor similaire pour ce film..







Pouvez-vous nous dire comment et pourquoi le genre policier et le suspense sont devenus votre genre cinématographique préféré et à la fois en tant qu'acteur et en tant que réalisateur ?


Comme je l'ai déjà mentionné, la lecture de romans policiers était mon passe-temps favori pendant les journées d'école. J'aimais aussi résoudre des énigmes logiques.

De plus, j'ai reçu une formation de base en ingénierie. Je pense que la construction d'intrigues de meurtre et de mystère est similaire à la conception d'un projet d'ingénierie, où l'on doit penser à toutes les possibilités et couvrir tous les points faibles, ce qui me vient naturellement.





Vous avez dit que Woh Raat était le premier film d'une série de films à suspense qui sortiront au cours des prochaines années. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre projet à cet égard ?


Je prévois de faire une suite à Woh Raat qui sera intitulée Woh Din (That day - Ce jour-là).

Il s'agira d'un drame judiciaire dans lequel le véritable meurtrier sera révélé.


En outre, je travaille également sur une série en ligne qui décrira les événements mystérieux survenus dans la vie de chaque personnage de Woh Raat.



Dans Django Unchained, l'une des répliques est « Vous aviez éveillé ma curiosité. Maintenant vous avez mon attention ». Comment concevez-vous le dialogue pour attirer l'attention du public jusqu'au dénouement ? Avez-vous recours à des personnages secondaires ? Quelle est l'importance du fait que l'officier de police qui mène l'interrogatoire soit une femme ?


Au lieu d'avoir un personnage secondaire, je garde le public dans l'expectative, en suggérant que chaque personnage a un mobile et pourrait avoir commis le crime.

Dans le film, le suspect potentiel dans l'esprit du public change constamment au fur et à mesure que l'histoire se déroule.


Il était très important que l'interrogatoire soit mené par une femme dans la police, et ce pour deux raisons. En Inde, les femmes gravissent les échelons et occupent des postes de haut niveau dans de nombreux secteurs, y compris celui de la criminalité, et je voulais montrer cette tendance. En outre, les femmes sont naturellement plus aptes à mettre les suspects à l'aise pour qu'ils se confient et commencent à révéler leurs secrets.







À propos de son roman The Lovely Bones, Alice Sebold a dit «les meurtriers ne sont pas des monstres, ce sont des hommes. Et c'est-ce qui est le plus effrayant ». Que vous inspire cette phrase ?


Je suis d'accord avec cette affirmation. Dans Who Raat, tous les personnages sont des professionnels et des hommes de famille, ils aimaient vraiment leur maître. Cependant, ils ont perdu la tête à cause de certaines mauvaises actions de Shetji et de circonstances malheureuses. En fait, Shetji était le monstre dans cette affaire et non le meurtrier.



L'Inde est un vaste pays. Y a-t-il des différences entre le sud et le nord ? Par ailleurs voyez-vous des différences majeures entre le cinéma européen et le cinéma du sous-continent asiatique ?


L'Inde est un vaste pays aux multiples langues, habitudes alimentaires et cultures. Il existe des différences majeures entre le sud et le nord - en termes de langues, de cuisine et même de modes. Le nord a été exposé à l'influence étrangère du Moyen-Orient et de l'Europe dans le passé, tandis que le sud est resté plus isolé de l'influence extérieure.


C'est très évident lorsqu'on compare les films indiens du nord et ceux du sud. Les choses ont changé au cours des dix dernières années grâce à l'internet et à la mondialisation. Mais si vous regardez les films du sud de l'Inde, ils sont plus mélodramatiques et orientés vers la fantaisie, alors que les films du nord de l'Inde sont plus basés sur des faits de la vie quotidienne.


La musique et la danse font partie intégrante du cinéma indien, contrairement au cinéma européen. Un film peut appartenir à n'importe quel genre, mais il ne sera pas complet s'il ne comporte pas quelques séquences de chansons et de danse. En Inde, les albums musicaux et les vidéos de chaque sortent avant les films mêmes et jouent un rôle majeur dans le succès de ces derniers.



Avez-vous des projets en cours en tant qu'acteur ou réalisateur que vous aimeriez partager ?


Je travaille sur un long métrage intitulé « Nature » dans la catégorie LGBTQ + mystère.



Quelle est votre vision du cinéma post-covid. Entrevoyez-vous des changements importants ?


Pendant la pandémie de COVID, de nombreuses personnes se sont habituées au travail à distance, ce qui leur a laissé plus de temps libre et a accru la demande de contenus médias de qualité en ligne. Même si les restrictions liées à la pandémie ont disparu, la plupart des gens travaillent toujours à domicile et exigent des contenus médiatiques de qualité qu'ils peuvent regarder dans le confort de leur foyer.


Par conséquent, des films produits par Netflix et d'autres plateformes OTT ont été nominés et récompensés lors d'événements majeurs de l'industrie cinématographique tels que les Oscars. Je pense que cette tendance va perdurer et la demande de contenus médias de qualité en ligne va augmenter considérablement au cours des prochaines années, par rapport aux sorties en salle.





BIO


Sanjeev Kuwadekar

Storyteller, scénariste, réalisateur, producteur





Sanjeev Kuwadekar est un entrepreneur en série dans le domaine de la technologie.

Il est titulaire d'un diplôme en génie électrique et d'une maîtrise en informatique.

Sanjeev a été récompensé en tant qu'entrepreneur dans le secteur de la tech. à la suite de plusieurs créations d'entreprises technologiques réussies.

Mais sa vraie passion est ailleurs : c'est le théâtre et le cinéma. Il a écrit, mis en scène et joué dans plus de 20 spectacles et films au cours des dix dernières années.


Sanjeev a créé une association à but non lucratif appelée Los Angeles Film, Theatre and Arts (LAFTA) au profit de la communauté locale de Los Angeles. Il a joué dans de nombreux films primés tels que Kumpan, Snakes and Ladder et Passing the Parcel et a produit le film primé Ekaant. Woh Raat (That Night) est le premier film de Sanjeev en tant que scénariste et réalisateur. Il a remporté plus de 26 prix dans plusieurs festivals de cinéma à travers le monde et a été nommé dans la catégorie Best Mystery Film (Meilleur film à suspense) au Cannes World Film Festival.



© ITV 2023 Isabelle Rouault-Röhlich

9 vues

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page