top of page

INTERVIEWS

INTERVIEW AVEC RAFAEL MARIA FRIEBE, RÉALISATEUR ET MONTEUR DE « I LOVE YOU »

TE





Rafael Maria Friebe, je vous souhaite la bienvenue à cet entretien VIP ! Félicitations pour avoir atteint la finale au Festival mondial du film de Cannes avec « I love you ». Éclairez-nous un peu plus sur le choix de votre titre (et de votre histoire).


Merci beaucoup au Cannes World Film Festival pour votre accueil chaleureux et vos félicitations. C'est une étape importante dans ma vie. C'est vraiment un rêve devenu réalité que d'être sélectionné pour la phase finale du festival. Cela a été un long voyage de travail acharné, de persévérance et de dévouement pour arriver à ce résultat. J’éprouve de la joie, du bonheur et de la gratitude pour votre soutien. Il s'agit d'une exploration puissante et émouvante d'un sujet sérieux et dramatique. L'auteur, M. Tran, a réalisé un excellent travail sur le scénario, en. apportant des pensées et des circonstances concrètes pour construire les personnages. L'objectif de ma mise en scène était de créer une expérience inoubliable pour le public. Je voulais que l'ambiance du film soit inoubliable pour le public. Je voulais que le public se sente tour à tour mal à l'aise, anxieux et effrayé pendant certaines scènes. Je voulais que les spectateurs aient l'impression de vivre un moment plein d'adrénaline.



En lisant le scénario, j'ai senti une bouffée de souvenirs d'enfance et de peurs couler dans mes veines comme une rivière, et j'ai été ému aux larmes. Les acteurs et l'équipe du film sont remarquables. Katharina Gareis et Felix Graf sont des acteurs incroyablement talentueux et brillants. Il est indéniable que chaque acteur a fait de son mieux pour donner vie au scénario, s'efforçant vigoureusement de capturer l'essence de leurs personnages. La vie de Marcel et Carla serait harmonieuse si Marcel n'était pas tombé malade, déclarant un cas de schizophrénie un an plus tôt, une maladie qui a été traitée par des comprimés depuis lors. Malheureusement, les effets secondaires de ces comprimés sont si désagréables pour Marcel qu'il cesse de les prendre.



Il s'ensuit une crise de schizophrénie aiguë, au cours de laquelle Marcel imagine à tort que Carla l'a trompé à plusieurs reprises avec d'autres hommes. Pour se venger, il ligote et bâillonne Carla et l'attaque avec un couteau et des coups. Mais il n'en est pas conscient et a des hallucinations selon lesquelles il vit une relation amoureuse parfaite avec Carla. Sa personnalité est donc totalement dédoublée. Le film montre les deux dimensions de ce dédoublement la réalité et l’hallucination. Lorsque Janna, une amie, sonne à la porte, Marcel montrant son côté en proie à des hallucinations la laisse gentiment entrer dans l'appartement où la scène sanglante est en train de se produire.





Vous excellez dans un jeu de dupes et de fausses impressions dans lequel vous emmenez le spectateur ! Nous commençons par une belle et intense scène d'amour. Et boum, changement de décor brutal ! Ce qui suit est une scène d'horreur et de meurtre. Vous emmenez votre public, forcé de se placer de l'autre côté du miroir. Mais ensuite, le reflet dans le miroir nous dit où nous en sommes. Un commentaire ?


C'est un peu un exercice de philosophie : la perception implique de « regarder le monde à travers un certain objectif », ce qui est valable pour le directeur de la photographie d'une part, et pour le public d'autre part. La tromperie implique la manipulation intentionnelle de la réalité par le biais de la cinématographie afin d'induire une fausse interprétation de la réalité - comme lorsqu’on souffre de schizophrénie. Le film s'ouvre sur une scène d'amour magnifique et intense, une sorte de paysage de rêve émotionnel. Le couple semble ignorer l'horreur qui l'attend. Soudain, une atmosphère inquiétante envahit la pièce, et ce qui avait commencé comme une nuit de bonheur se transforme en cauchemar. Le couple n'est plus dans un lieu de paix et de romantisme, mais dans un lieu de peur et d'effroi.



C'est un peu comme s'ils avaient traversé un miroir et qu'ils étaient maintenant plongés dans l'horreur. L'impression de voir les choses de l'autre côté du miroir est un sentiment qui les enveloppe rapidement, tout comme le public. Les personnes atteintes de schizophrénie ont souvent du mal à différencier ce qui est réel et ce qui ne l'est pas, comme dans un film d'horreur où la réalité d'une situation peut être considérablement altérée ou faussée par des perceptions, des interprétations erronées des événements et des hallucinations intrusives et puissantes. En associant un éclairage méticuleux et un étalonnage des couleurs réalisé avec précision, nous avons réussi à créer un aspect et une sensation uniques pour ce film. Il creuse délibérément dans les émotions ressenties par le public, en commençant à se connecter à ses sentiments refoulés et en révélant leur source.





Le personnage masculin, Marcel, se met en colère contre sa petite amie qui l'incite à poursuivre un traitement. Il se plaint car les pilules administrées ont un effet secondaire néfaste sur lui. Nous découvrons qu'il souffre de troubles mentaux, apparemment de schizophrénie. Comment avez-vous décidé d'aborder ce sujet ?


En tant que réalisateur et responsable du montage, j'ai fait preuve d'une grande prudence lorsque j'ai abordé le sujet. J'ai dû prendre en compte de nombreux éléments : la production, le montage, la caméra et la lumière, et tous les autres aspects de la réalisation, qui contribuent à faire un film sur un sujet sensible comme la schizophrénie. Mon but ultime était de créer un film qui suscite la réflexion. La schizophrénie est un trouble mental très grave, qui peut avoir de lourdes conséquences sur la vie d'une personne. Les images reflètent également la difficulté de cette maladie chronique et la présence de l'espoir.


Chaque scène a été filmée avec la plus grande attention aux détails et avec passion - nous voulions obtenir un cocktail parfait de peur, de douleur, de force et de courage pour mettre à l’écran ce récit si puissant. J'ai eu le plaisir de travailler avec des acteurs et une équipe extraordinaires. Chacun a proposé des idées créatives qui m’ont permis d’étoffer ma vision du projet et ont contribué à transformer un scénario incroyablement intéressant, et plein de rebondissements, en un résultat visuellement marquant.





Les scènes se déroulant au moment présent et dans un passé récent s'entremêlent. Après 4 minutes de jeu avec notre incrédulité, nous sommes plongés dans la dichotomie typique de l'amour et de la haine, de l'amour qui tourne très mal :

— Je t'ai fait mal ? C'est TOI qui me fais du mal, crie Marcel,

— Pourquoi me fais-tu cela ? Je croyais que tu m'aimais, s’exclame Carla, l'amante délaissée.

Aborder la question de la violence domestique est inévitable ici. Comment voyez-vous la chose ?


En effet, la violence domestique est une expérience bouleversante et horrible pour toute victime et sa mention dans une intrigue ou une histoire doit être prise au sérieux et traitée avec délicatesse.

Il est important que la représentation de la violence domestique soit un portrait authentique et sans complaisance de l'expérience de la victime, sans sensationnaliser ni banaliser le traumatisme... et elle doit également explorer les questions sous-jacentes pertinentes de pouvoir, de genre ainsi que d'autres influences sous-jacentes qui peuvent contribuer à la violence.




Quels sont pour vous les principaux personnages influents du cinéma d’aujourd’hui selon vous ?


Des réalisateurs tels que Steven Spielberg et Martin Scorsese, qui ont remporté de nombreux prix et continuent de réaliser des superproductions, comptent parmi les acteurs les plus renommés de l'industrie du cinéma. Ils repoussent sans cesse les limites et nous offrent d'énormes succès. Spike Jonze, réalisateur, acteur et producteur oscarisé dont le travail remet souvent en question les concepts traditionnels du cinéma, est l'un de ceux qui font bouger le cinéma expérimental. Il explore souvent des thèmes tels que la porosité entre la réalité et l'imaginaire. Ses œuvres contiennent souvent des images surréalistes et des techniques de montage imaginatives.


Harmony Korine, cinéaste d'avant-garde connu pour repousser les limites et les attentes du public, est un autre acteur du cinéma expérimental. Ses films sont souvent plus sombres et surréalistes. Le film Get Out de Jordan Peele, sorti en 2017, abordait la question raciale et le genre de l'horreur de manière passionnante. La suite de ce film, sortie en 2020, Us, l'a encore renforcé comme l'un des cinéastes clés de l'horreur contemporaine. James Wan, dont le travail sur Saw et la série de films Conjuring a fait de lui l'un des réalisateurs clés du cinéma d’épouvante et d’horreur, est lui aussi à l'avant-garde du genre.


Parmi les autres réalisateurs et producteurs à suivre dans le monde de l'horreur, citons Mike Flanagan, Robert Eggers, David F. Sandberg, Ana Lily Amirpour, Karyn Kusama et Jennifer Kent. Ces cinéastes ont réalisé certains des films d'horreur les plus inventifs et les mieux conçus, et continueront à façonner l'avenir des films d'horreur dans les années à venir.


Il existe quelques excellents festivals du fantastique et de l'horreur, comme le festival du film de Gérardmer ou celui de Sitges. Il s'agit d'un festival du film fantastique largement reconnu, qui se déroule jusqu'au 15 octobre en Catalogne, en Espagne. Verriez-vous votre film participer à un festival de ce type ?


Je pense vraiment que "I Love You" se qualifierait pour ces festivals de films fantastiques. Ce film a été réalisé avec une passion et un soin immenses, et c'est un excellent exemple de la manière dont un film peut être écrit et réalisé avec un sens aigu de la narration et du développement des personnages pour créer un impact émotionnel en symbiose avec le public. Les images sont d'une importance capitale et la chanson-titre de Vanessa Klein est exceptionnellement bien composée et arrangée. Cela me donne la chair de poule. Dans l'ensemble, c'est une histoire qui m'a touché dès la première lecture du scénario et ce film devrait sans aucun doute se qualifier dans la sélection des quelques autres festivals de films fantastiques qui sont à la hauteur du Cannes World Film Festival.



Parlez-nous de vos projets de cinéma à venir.


Faire des films est toujours passionnant pour moi, et j'ai un certain nombre d'idées à concrétiser. Et pour mon plaisir personnel, j'ai imaginé une suite possible à I Love You. J'aimerais absolument faire une suite à ce film. Les réactions positives que j'ai reçues par l'intermédiaire des médias sociaux et de toutes les plateformes au sujet de mon film ont été vraiment motivantes et gratifiantes. J'aimerais explorer davantage le monde que j'ai créé dans I Love You et m’inspirer de certaines des questions que les spectateurs se posent sur l'intrigue et les personnages. En outre, je pense qu'il serait intéressant d'approfondir la vie et l'histoire des personnages que j'ai créés et peut-être même d'étendre la trame de l'histoire pour inclure certains des personnages que les spectateurs n'ont pas eu l'occasion de connaître dans le film original.


Peut-être qu'une suite pourrait montrer une chronologie de l'évolution des personnages depuis le film original et ce qui s'est passé dans l'intervalle. J'aimerais pouvoir explorer la possibilité d'une relation amoureuse entre deux ou plusieurs des personnages ou même découvrir des secrets qui ont été cachés jusque-là. Une suite pourrait également explorer les implications des choix faits par les personnages et voir l'impact qu'ils ont sur leur vie future. Dans l'ensemble, l'objectif serait d'emmener le public dans un voyage passionnant associant amour, chagrin, drame et horreur.



Pour terminer, quelle est votre vision du cinéma post-covid. Une brève déclaration.


À mon avis, les types de films diffusés dans les salles de cinéma vont évoluer. Avec l'essor des plateformes de diffusion en continu (streaming), on observe une tendance croissante à la diffusion directe de petits films indépendants. Durant notre ère post-Covid, je pense que nous assisterons à une tendance similaire pour les grandes superproductions. Les studios pourraient décider de sortir les films simultanément dans les salles de cinéma et sur les plateformes de streaming, voire exclusivement sur les plateformes, afin de toucher un public plus large.


Par ailleurs, le cinéma pourra devenir plus immersif et interactif. Grâce aux progrès des technologies, tels que la réalité virtuelle et la réalité augmentée, les cinémas pourraient offrir des expériences allant au-delà du simple visionnage d'un film sur grand écran. Les spectateurs pourront interagir avec le film en temps réel ou même entrer dans le monde du film grâce à la réalité virtuelle.


Je m'attends à ce que les cinémas investissent à leur tour dans de meilleurs systèmes de ventilation pour améliorer la qualité de l'air et réduire le risque de transmission de maladies par voie aérienne, et à ce qu'ils disposent de sièges innovants pour maximiser l'espace et minimiser les contacts entre les spectateurs.


Dans l'ensemble, bien que l'expérience cinématographique puisse être différente dans l'ère post-Covid, je pense qu'elle restera une forme de divertissement recherchée. La magie du grand écran, l'expérience partagée de regarder un film avec d'autres et le sentiment d'évasion qu'il procure occuperont toujours une place bien particulière dans nos cœurs.




BIO

Rafael Maria Friebe

Réalisateur, cinéaste, chef monteur






Rafael Maria Friebe est entré dans l'industrie cinématographique à la fin des années 1990 et au début des années 2000, et a travaillé dans la mise en scène/en tant qu’assistant réalisateur pour UFA, l'une des principales sociétés de production en Allemagne, à la production d’une série policière pour la chaîne de télévision allemande ZDF. Formé notamment sur des systèmes ARRI, il a travaillé comme caméraman avec du matériel professionnel, comme directeur de la photographie indépendant, puis comme monteur pour un large éventail de clients dans le domaine des longs métrages et des vidéos musicales, ainsi qu’à l’international dans le secteur de la publicité et du marketing. Rafael s’appuie sur des décennies d'expérience. Il apprend dans quelle mesure le réalisateur et le directeur de la photographie travaillent en étroite collaboration avec le caméraman et le monteur à toutes les phases de la production et avec tous les départements du cinéma et de la télévision. Sa philosophie visuelle est ancrée dans la création d'une ambiance et d'une narration captivantes pour créer un impact et susciter des émotions dans le cœur et l'âme du public.




LIENS PROMOTIONNELS









© ITV 2023 Isabelle Rouault-Röhlich

23 vues

Comments


bottom of page