top of page

INTERVIEWS

INTERVIEW AVEC NAVEED FAROOQI, PRODUCTEUR DE "NAAM BADAL DENA"


ÉDITION DÉCEMBRE 2023



INTERVIEW



Ravi·e·s de vous rencontrer M. Naveed Farooqi. Racontez-nous comment vous êtes devenu producteur de films et comment vous avez créé votre société Deepblue Doors Inc.


C'est un plaisir également de vous rencontrer et j'apprécie l’intérêt que vous avez porté à Naam Badal Dena. Je suis ravi que votre prestigieux festival m'ait donné l'occasion de partager mes sentiments (oui, je ne dirais pas mes pensées, ni mes opinions 😊).


Maintenant, pour répondre à la question : j'ai toujours eu un élément créatif et artistique en moi. J'ai commencé à écrire de la poésie et de la prose à l'âge tendre de 12 ans. J'ai toujours été un observateur, un visionnaire et un penseur très attentif ; même enfant, je créais des histoires en rencontrant, en écoutant et en voyageant dans le monde entier. Ces histoires vivent en moi autant que les belles âmes que j'ai rencontrées.


Parfois, je transforme ces histoires en poésie, ou en films. Lorsque je produis un film, je m'implique sincèrement dans tous ses aspects, qu'il s'agisse de la préparation, des essais, du budget, du tournage, de la réalisation, de la sélection de chaque membre de l'équipe, de la post-production et de la promotion ; dès la conception, je cherche à garantir et obtenir le meilleur résultat. Je ne pense jamais au temps ou aux finances, je ne m'en inquiète jamais. Deepblue Doors Inc. est ma création.


J'ai toujours voulu disposer d'une plateforme professionnelle adéquate, pour produire des films de qualité. Après avoir réalisé des films pour d'autres, je rêvais de me lancer dans ma propre aventure. Deepblue à bien des égards, représente mon moi intérieur: le bleu foncé est ma couleur préférée, Deepblue a été l'un des superordinateurs les plus puissants de l'époque et l'élément " Doors " a été inspiré par The Doors, un de mes groupes préférés ; il a une connotation très puissante, comme l'a dit Jim Morrison : "Il y a des choses connues et des choses inconnues et entre les deux, il y a les portes". Ceci explique tout.

J'étais destiné à être ici et à créer Deepblue Doors Inc. où nous faisons de tous nos rêves une réalité - sous forme de films.





Comment avez-vous rencontré la réalisatrice, Arshila Salman ?


Ma rencontre avec Arshila a été très intéressante et, je dois dire, très karmique.

Je pense l’avoir manifestée, car j'avais envie de faire quelque chose de substantiel, puissant et simple, mais qui sorte des sentiers battus en termes de qualité, de réalisation, de cinématographie etc. Je crois qu'elle a été envoyée par Dieu; elle est arrivée au bon moment et au bon endroit. Elle est venue me voir en réponse à une annonce que j'avais publiée, visant à développer une équipe, dont un réalisateur.

Elle est venue, nous avons parlé. Lors de notre première rencontre, nous avons discuté en toute décontraction de nos expériences, de nos points de vue, de nos objectifs, de nos rêves et de ce que nous voulions faire chacun de notre côté. Elle semblait très confiante et franche. J'avais interviewé plusieurs autres réalisateurs, mais Arshila m'a intimidé au lieu d'être condescendante, ce qui m'a fait penser qu'elle avait une substance solide.

Elle semblait authentique et une femme-alpha, en tant qu'être humain, amie et réalisatrice. Notre rencontre n'a pas semblé bien se terminer, tant nous étions chacun "de notre propre espèce".


Pourtant, juste avant de quitter mon bureau, elle a mentionné le scénario et l'histoire de Naam Badal Dena, qu'elle avait conceptualisé et qui était très bien écrit par Rida Bilal.

Elle m'a demandé si la réalisation de ce court-métrage pouvait m’intéresser. Et c'était une offre que je pouvais totalement associer au dialogue de mon film préféré, Le Parrain : "Je vais lui faire une offre qu'il ne pourra pas refuser." Cinq minutes après avoir fini de lire le scénario, je l'ai appelée pour lui dire que j'étais partant, elle a très intelligemment accepté et contré mon offre avec générosité, percevant un immense potentiel, une perspective pour de futurs projets. Elle a dit : "Je ne veux pas de compensation financière pour ce projet, je veux que vous voyiez mon travail, je verrai le vôtre et nous pourrons tous les deux apprendre et désapprendre de ce projet, Naam Badal Dena".


J'ai été surpris et impressionné par cette approche. 17 jours plus tard, nous étions sur le plateau de tournage de notre court-métrage, sous la bannière de Deepblue Doors Inc. Heureusement, tout au long de la pré-production, du tournage et de la post-production, nous nous sommes très bien entendus; nous nous lancerons très bientôt dans notre nouveau court-métrage.





Qu'est-ce qui vous a motivé à produire Naam Badal Dena ?


Je pense l'avoir expliqué dans ma réponse à la question précédente. Cependant, pour être très précis, je pense que l'histoire, le concept et l’état d'esprit d’Arshila - faire quelque chose de phénoménal, m'ont convaincu en quelques minutes. L'histoire traitait d’un sujet dont personne ne parle ni ne donne à voir : une belle histoire de couple marié et heureux sans aucun rebondissement, une histoire d'amour simple et pourtant puissante.






Quelle est la situation de l'industrie cinématographique au Pakistan, à quoi ressemble-t-elle pour les producteurs et cinéastes indépendants ?


La production cinématographique au Pakistan en est encore à ses débuts et malheureusement, tous ceux qui réalisaient ou jouaient dans des séries ou des drames télévisés se sont lancés dans la réalisation de films pour le cinéma, ce qui n'est pas juste. Cependant, il y a beaucoup de grands cinéastes qui font des films de classe mondiale. Des films pakistanais ont remporté des Oscars, plusieurs nominations dans des festivals internationaux, sans oublier les awards décernés au Cannes World Film Festival.


Beaucoup de jeunes réalisateurs font des films primés. Je suis sûr que très bientôt, nos films et nos cinéastes deviendront encore meilleurs. Malheureusement, le gouvernement pakistanais n'a pas donné à ce dossier l’importance qu’il donne par exemple, à celui de l'industrie - mais il finira par le faire. Jusqu'au milieu des années 80, notre industrie cinématographique était à son apogée et nous faisions de grands films qui valaient largement ceux réalisés en Inde ou en Iran. Comme vous le savez, Deepblue Doors Inc. a été créée à Toronto, au Canada, je bénéficie donc du “meilleur des deux mondes”.

Je vais tourner mon prochain film à la fois au Canada et au Pakistan.





Lorsque vous décidez de vous lancer dans un projet de film, y a-t-il un certain nombre de critères qui vous guident et si oui, quels sont-ils ?


J'avais fait des courts métrages dans le passé et je voulais en faire plus.

Ce scénario/concept est arrivé comme une bénédiction déguisée, j'y suis donc allé avec tout ce que j’ai de passion et de positivité. En ce qui concerne les critères, je dirais simplement ceci :


* Lorsque vous êtes sur le plateau, donnez à votre réalisateur l'espace, la liberté et les ressources nécessaires pour obtenir le meilleur du meilleur.


* Ne faites jamais de compromis sur les prises de qui ne vous satisfont pas, les lumières, les angles, les cadres, le jeu et le langage corporel des acteurs, les plans, les dialogues et toutes les étapes de la post-production.


* Préparez-vous toujours et envisagez des retards, décalages, imprévus, et sachez qu’il faudra parfois improviser.


* Ne pensez jamais, jamais à l'argent, à ce que vous dépensez et à ce que vous pourriez gagner, donnez toujours 100% et faites de votre mieux, le reste sera la conséquence éventuelle d'une production de haute qualité - qu'il s'agisse d'argent, de récompenses ou d'appréciation.


* "La beauté est dans les yeux de celui qui la regarde." Pensez-y toujours et créez ce que vous aviez imaginé exactement pour les yeux de votre spectateur, créez de belles scènes, capturez des prises de vue étonnantes pour que non seulement votre regard, mais aussi celui des autres soient mesmérisés, et que tous chérissent votre créativité et celle de votre équipe.





Quelle est votre vision pour votre entreprise, comment vous voyez-vous et vous voyez-vous – dans 10 ans ?


Ma vision est très claire et énoncée sur notre site web :

"Le Pakistan, l'Inde et le Bangladesh (anciennement connus sous le nom de sous-continent) sont des terres de culture, d'héritage, de valeurs, d'histoires, de mythes, de tabous, d'éthnicité, de traditions et de chaleureuses créations d'amour, qui méritent d'être capturées et présentées à l'échelle mondiale. Dans une tentative de contribuer à la créativité à l'époque de la Génération Z et au-delà, Deepblue Doors Inc. a pour objectif d'extraire et d'exposer des talents, des lieux, des histoires et des personnes encore invisibles au monde. Avec une production de contenu de premier ordre et substantiel, et en faisant tomber les barrières, Deepblue Doors veut consacrer son expertise à la capture de la grandeur présente dans nos univers, mais pas encore ni entièrement explorée, capturée pour les films."


Notre travail reflète notre mantra, la "neuro-divergence".

Dans 10 ans, j'imagine notre société, mon équipe et moi-même bien nourris, en train de désapprendre pour apprendre, de formuler et de créer des films phénoménaux, des séries web et toutes sortes de productions à chérir et dont se souvenir pour toujours.

Je crois fermement en moi et aux membres de mon équipe, en particulier en Arshila Salman; elle est mon alliée, nous marcherons sur le tapis rouge des Oscars, plusieurs fois. Je suis sûr que cette déclaration peut tout expliquer. Notre court-métrage Naam Badal Dena n'est que le début, nous avons beaucoup plus à créer et à réaliser, ce que nous ferons, par la grâce du Tout-Puissant.



Quelle est, selon vous, la fonction du cinéma, dans une culture ou une société donnée ? Pensez-vous que cette fonction varie en fonction du pays, de l'histoire du cinéma dans ce pays, etc.?


Oh, j'adore cette question ! Pour moi, la fonction du cinéma c’est d’être “plus grand que la vie”, le cinéma fait ou défait la vie, les gens, le temps, les générations et contribue massivement au changement de paradigme auquel nous avons assisté au cours du dernier siècle et demi. "L'illusion des films est basée sur les phénomènes optiques connus sous le nom de persistance de la vision et le phénomène phi." Notre logo est Phi 😊 donc on pourrait imaginer à quel point notre concept est diversifié et remarquable.


Les films peuvent faire des merveilles en transformant et en éclairant les spectateurs au-delà de leurs réalités, plus loin dans la réalisation de leurs rêves et de leurs fantasmes.

Cela s'applique à toutes les cultures, races, religions, au temps et à l’espace. C'est la beauté de la production cinématographique, elle peut être magique et conquérir, enseigner, éduquer, inspirer les générations et les jeunes.


La fonction du cinéma peut varier d'un pays à l'autre, ou d'une société à l'autre, mais en un mot, son rôle, sa fonction sont si puissants que ce média peut déclencher des révolutions.

Mes icônes de référence sont Ava Gardner, Marilyn Monroe, Rock Hudson, Sophia Lauren, Sean Connery, Dustin Hoffman, Daniel Day Lewis, Al Pacino, Dilip Kumar, Raj Kapoor, Amitabh Bachnan, Shahrukh Khan, Madhu Bala, Rekha, Madhuri, Meryl Streep, Kate Blanchett, Kate Winslet, Scarlett Johansson; et il en va de même pour les réalisateurs de films exceptionnels. Il faudrait des pages et des pages pour écrire ou mentionner tous ces acteurs, cinéastes, réalisateurs et techniciens, mais l'essentiel est que "les films représentent des vies, des histoires, l'histoire et créent des tendances que les gens suivent", comme par exemple Grease avec John Travolta, ou Pulp Fiction de Quentin Tarantino.


Enfin, je tiens à vous remercier en mon nom et au nom de mon équipe pour cette opportunité de dire tout ce que je pense 😊.



BIO


NAVEED FAROOQI, PRODUCTEUR





M. Naveed Farooqi, visionnaire, écrivain dans l'âme et penseur dans l'esprit, est le fondateur et propriétaire de Deepblue Doors Inc. Né au Pakistan, éduqué en Amérique, il a étudié le Génie chimique et a géré sa société d'ingénierie et d'autres entreprises au Canada et au Pakistan. Il vit actuellement entre le Canada et le Pakistan.


M. Farooqi est l'auteur de quatre livres inédits qu'il souhaite publier à titre posthume :

The Sixth Element, Closure, Kashish-e-Aqal et Phynal Phantasy. Également passionné de cinéma, il est un spectateur assidu depuis son enfance. Ses cinéastes préférés sont Satyajit Ray, Shyam Benegal, Muzzafar Ali, K. Asif (Inde), Abbas Kiarostami (Iran), Wong Kar-wai (Hong-Kong), Ingmar Bergman (Suède), Alfred Hitchcock, Woody Allen et Quentin Tarantino (États-Unis).


Naveed Farooqi a réalisé cinq courts métrages, dont deux ont été primés dans différents festivals, et est particulièrement fier des films Lust et Umeed Ka Safar, réalisés respectivement en 2013 et 2014.


C’est avec passion qu’il a produit son dernier court-métrage, Naam Badal Dena, en veillant à transmettre sa vision de la neuro-divergence ; jusqu'à présent, le film s'est miraculeusement bien comporté, remportant lauriers et récompenses, dont une nomination au Festival mondial du film de Cannes.


Pour résumer l'agréable personnalité de Naveed Farooqi et ses capacités géniales, pas besoin d’une page, ni même d’une phrase, un seul mot suffit : "Neuro-divergent", ce qu'il est après avoir prouvé être un des créateurs les plus cool du genre.


Une citation de M. Farooqi :

"Donnez-moi un alphabet, je vous donnerai un mot, donnez-moi un mot, je vous donnerai une phrase, donnez-moi une phrase, je vous donnerai une page, donnez-moi une page, je vous donnerai un livre et donnez-moi un livre, JE VOUS DONNERAI UNE VIE ENTIÈRE".


Naveed Farooqi a toujours été un rêveur et selon lui, on ne voit pas les rêves en dormant : les vrais rêves sont ceux qui ne vous laissent pas dormir.

Il a toujours été un battant, excellant dans la gestion des projets/films. Amoureux de l'humanité, il pense que chaque espace, chaque élément humain, chaque couleur, chaque objet et même chaque fraction de seconde a une histoire qui lui est propre. Il capture ces histoires, dans le cœur et par l’esprit, convaincu qu’à partir de ces histoires et à travers ses productions de films, documentaires, carnets de voyage, biographies de séries web et plus encore, il pourra tisser une toile.



LIENS PROMOTIONNELS


SITE WEB OFFICIEL


LIENS RÉSEAUX SOCIAUX

INSTAGRAM FACEBOOK




ITW: Émilie Saada

Comentarios


Los comentarios se han desactivado.
bottom of page