top of page

INTERVIEWS

INTERVIEW AVEC LUKAS FELIX POHL, SCÉNARISTE, RÉALISATEUR & PRODUCTEUR DE "ARRIVAL"

TE






Lukas Felix Pohl, bienvenue ! Félicitations pour votre statut de nominé dans la catégorie "Best Travel Film" pour « Arrival ». Ce court métrage époustouflant déborde de prises de vue stupéfiantes. C’est comme un croisement entre un road movie sur le kitesurf et un documentaire existentiel sur les sports extrêmes ! Bravo également pour avoir choisi le thème du voyage. Bravo aussi pour votre « examen de conscience philosophique sans entrer dans la complexité » ! La seule façon de vivre est donc de goûter à la vie, c’est bien ça ? Parlez-nous de l’importance du contact avec la mer, quand on est né dans un pays qui n’a pas d’accès direct à la mer ?


Je pense que l'idée que je voulais transmettre avec « ARRIVAL », c’est qu'au fond, les choses belles et importantes de la vie ont besoin de temps pour se manifester. Dans mon film, j'aborde ce processus de réflexion en relation avec le voyage et ma perception de l'environnement. Mais il en va de même, bien sûr, pour d'autres éléments de notre vie qui sont importants et en constante évolution, tels que l'identité, les amis, les partenaires, les relations et l'amour.


Alors oui, on peut dire que c'est une règle empirique. Du fait de son mouvement constant, la mer est un symbole de changement ininterrompu et d'instantanés infinis du présent. Dans l'eau et sous l'eau, je trouve la paix. On peut littéralement dériver dans la nature. Et, bien qu'en ce moment, l'humanité ait tendance à plutôt malmener les océans, ils continuent d'être l'endroit le moins touché de notre planète.





De nombreux films et documentaires ont déjà évoqué l'importance de saisir l'instant. Gardons de la hauteur. Dans l’adaptation pour le cinéma de Bohemian Rhapsody, le personnage de Freddie Mercury dit : « Être humain est une condition qui nécessite une bonne dose d’anesthésiant ». Avez-vous des inspirations que vous aimeriez partager, ou des moments de cinéma et des influences dans le 7e art ?


J'aime raconter des histoires. C'est pourquoi mon film s'appelle « L’ARRIVÉE : une petite histoire en film ». Parce qu'il s'agit plus d'une fiction philosophique que d'un documentaire. Ma passion, c'est la fiction. De ce point de vue, je dirais que je suis fortement inspiré par les histoires des frères Coen. Dans « The Hudsucker Proxy » de 1994 par exemple, il y a cette scène où le hula hoop roule, indépendamment entraîné vers le succès. D'une part, il y a l'histoire racontée par le narrateur et, d'autre part, se créée une certaine indépendance par rapport au narrateur. Je pense que c'est ingénieux par essence.





Dans Empty Roads & Broken Bottles : in search for The Great Perhaps, Charlotte Eriksson, qui a entrepris « un voyage sur la découverte de soi, l'apprentissage de la solitude, la différence entre « avoir un chez-soi » et « se sentir chez soi » et enfin, lentement, trouver un chez-soi en soi » et a passé un an sans domicile fixe sur la route, a écrit : « Il se passe quelque chose d’incroyable au moment d’arriver dans une nouvelle ville, quand on erre dans ses rues vides, sans but précis. Je ne perdrai jamais cette fascination pour l'arrivée, même si je ne vis que pour le départ ». Cette phrase résonne-t-elle en vous ? Ce « bras de fer » entre arrivée et départ n’est-il pas insoluble ?


Tout d'abord, je dirais qu'un « bras de fer » n'est pas la bonne expression pour cela. En effet, d'une part, elle implique que l'arrivée et le départ doivent être « en lutte » l'un contre l'autre. D'autre part, cela signifierait que ces deux variables sont directement liées l'une à l'autre. Je n'ai pas lu le livre de Charlotte Eriksson, je ne sais donc pas quelles conclusions elle tire, mais l'expression « trouver un foyer en soi » me semble proche de la réalité. Si je devais faire court, je dirais en gros que l'arrivée est un processus intérieur qui a trait au calme, à la conscience, à l'écoute, à la capacité de s'engager dans quelque chose, et à d'autres considérations de ce genre.


Si cela est déjà difficile pour nous par rapport à nous-mêmes, soit parce que nous avons peur, soit parce que nous n’avons pas appris à avoir cette démarche dans notre enfance, il est encore plus difficile de la mettre en œuvre vis-à-vis de l'extérieur. Le départ, à son tour, est lié à des questions telles que la fermeture et le laisser-aller, mais aussi le fait de fuir, de détourner le regard, et donc peut-être aussi le refoulement. Plutôt que d’un « bras de fer », je parlerais de « conflit ». Ce conflit n'a pas lieu entre l'arrivée et le départ, mais entre des aspects de notre moi beaucoup plus profonds.




Peut-on considérer qu'il est indispensable de passer du temps loin de la « course effrénée à la réussite financière » pour acquérir des compétences de vie, ces fameuses soft skills, avant d'entrer dans cette même « course effrénée » ? Et dans quelle mesure la notion de travail a-t-elle changé depuis la pandémie et le nomadisme digital ?


Pour faire court, je pense que prendre du temps peut être un moyen de réaliser que ce l’expérience que beaucoup d'entre nous – je parle principalement de ma propre expérience en tant qu'enfant de la culture occidentale – ont de la vie, c’est qu’elle devrait en fait être une course effrénée. C'est une chose dans laquelle, franchement, nous ne devrions jamais nous engager, car la vie ne consiste pas à être le premier ou le meilleur. La pandémie et les changements qui l'ont accompagnée au niveau de nos vies et du travail ont peut-être aidé de nombreuses personnes à y voir plus clair. C'est en tout cas ce qui s'est passé pour moi, mais il m'a fallu beaucoup de souffrance pour m'en rendre compte.




Existe-t-il un lien entre votre profession aujourd’hui et ce voyage en pleine conscience ? Ce voyage initiatique vous a-t-il aidé à trouver le bon équilibre ?


Mon esprit est une machine à penser sans arrêt et à grande vitesse qui me rend parfois la vie difficile. Mais cet esprit est aussi au cœur de ma production créative et professionnelle. En ce sens, tout ce qui peut lui apporter un peu de paix, y compris un tel voyage, m'a été utile.



Lukas, vous dites que « rester c’est un peu s’installer » et que « s’installer, ça peut faire un peu peur ». Au-delà de l’acquisition de la maturité, pensez-vous que la pleine conscience, c’est-à-dire le fait d’intégrer nos sensations et notre environnement, peut être un remède ou une autre alternative à notre mode de vie super rapide et auto-centré ? Les centennials, et les autres générations aussi, sauront-ils comprendre que se développer personnellement, c’est reconnaître qu’il y a une vie en dehors de la culture des réseaux sociaux et du paraître sur la toile ?


Je suis un fervent défenseur de la pleine conscience et je pense qu'il ne s'agit ni d'un remède ni d'une alternative, mais d'une sorte d'outil intérieur qui peut nous aider à naviguer et à atteindre le contentement dans notre monde moderne, complexe et rapide. Naître dans notre monde, et surtout être un être humain à la pensée complexe, c'est à peu près la même chose que si on jetait un bébé dans une navette spatiale – notre cerveau – juste après la naissance. Des milliers de boutons et un monde extérieur complexe à négocier, à naviguer.


Si vous n'êtes pas bien guidé par vos parents et la société, vous vous heurtez à de nombreux obstacles extérieurs, encore et encore. Il s'agit, par exemple, des réseaux sociaux et de l'image de marque personnelle si omniprésents à notre époque moderne. J'ai moi-même continué à naviguer et à m'écraser jusqu'à ce que cela me fasse tellement mal que j'ai dû changer quelque chose. Et je ne suis pas le seul dans ce cas.


Malheureusement, peu de gens bénéficient des bonnes orientations de nos jours, car notre monde matérialiste n'est pas intéressé par le contentement, mais par le progrès effréné. J'ai découvert la pleine conscience très tard et je ne peux que la recommander. Si vous ne vous y êtes pas encore mis·e, jetez-y au moins un coup d'œil.





Votre vie doit déborder de projets. Des projets de cinéma en particulier ?


Nous sommes actuellement en train de peaufiner notre prochain court-métrage de fiction. Il est produit par la société de production Cinewerk à Cologne, et nous travaillons déjà à la planification du prochain film. En tant que réalisateur et directeur créatif, je travaille avec cette même société de production et son agence associée, Le Werk, mais aussi avec d'autres agences et des sociétés de production de films publicitaires sur des spots et d'autres projets de films. Je fais également de la musique et je sortirai mon premier album fin 2023. Bien sûr, des vidéos musicales seront tournées pour cet album. Il est difficile de garder l'équilibre. Je fais en sorte de m'y entraîner.



Et enfin, quelle est votre vision du cinéma post-Covid ? Une courte déclaration.


Avec le Covid et l'essor des réseaux de diffusion en continu, nous avons assisté à une augmentation considérable du contenu cinématographique sur ces plateformes. Malheureusement, la qualité n'était pas au rendez-vous. J'ai moi-même supprimé mes comptes Netflix et Amazon, parce que la plupart des soirées cinéma se terminaient toujours dans la frustration et le désespoir. La même chose est arrivée à beaucoup de mes amis et connaissances. Le problème est que les décideurs au profil business qui sont en arrière-plan travaillent beaucoup à la standardisation et à l'optimisation des contenus, en créant des films d'une manière qui ressemble à celle d'une entreprise.


Prenez vos 20 films d'action préférés et créez un scénario autour d’une intrigue moyenne. Cela signifie la fin de la créativité et de la passion dans la réalisation de films. Et ce n'est pas possible. Les films vivent de la vie et de l'amour de leurs créateurs. Si nous donnons davantage libre cours à la création, nous créerons à nouveau les conditions d’une véritable vague d’innovation dans le domaine cinématographique. C'est ainsi que les films pourront nous surprendre, nous inspirer de nouveau, apporter du sang neuf. Je pense que dans un avenir proche, les réseaux de streaming s'en rendront compte également. Ce sera peut-être une opportunité pour les nouveaux venus.




BIO

Lukas Felix Pohl, Réalisateur, scénariste et directeur créatif

de films publicitaires et créatifs.




Lukas Felix Pohl est né à Cologne, en Allemagne, en 1991. Il grandit comme un enfant de la ville et fait ce que font les adolescents. Et aussi, il fait des films. Il sait raconter des histoires et divertir les gens. Comme ses amis, par exemple, qu'il quitte en 2010, à l'âge de 19 ans, pour découvrir le monde.

Il vit au Canada et aux États-Unis pendant un an, puis étudie en Autriche, en Espagne et aux Pays-Bas, tout en travaillant dans l'industrie du cinéma et de la publicité en tant que concepteur, réalisateur, caméraman et monteur dans toute l'Allemagne et sur ses lieux d'études. Certaines de ses propres créations sont présentées dans divers festivals de cinéma internationaux de moyenne importance. Après avoir obtenu son master avec mention, il travaille pendant un certain temps comme réalisateur indépendant, développeur de concepts et producteur dans le domaine de la publicité et de la création de contenu.

En 2018, l’idée qui avait germé pendant un temps devient la société de production Cinewerk. Ensemble, Lukas Felix Pohl et ses partenaires Cem-Pierre Schuch et Philipp Maxhofer créent des publicités, des films et bien plus encore. Avec la marque Le Werk, ils séparent l'activité d'agence de celle de leur société de production Cinewerk au début de l'année 2021. Fin 2022, il a quitté les fonctions de directeur créatif pour se concentrer sur ses projets personnels de cinéma et travailler en tant que réalisateur, scénariste et directeur créatif freelance.


Par ailleurs, Lukas Felix Pohl soutient l'agence internationale Merkle en tant que consultant créatif et créateur, développeur de concepts et réalisateur de films (2019-2021). Il y crée des campagnes publicitaires et des films efficaces à 360° pour de grandes entreprises internationales telles que Siemens, Nivea, Volkswagen, Zehnder et d'autres.


Depuis fin 2021, son premier documentaire narratif « The Power Reset » (titre original allemand : "Alles auf Grün") est projeté internationalement sur Amazon Prime Video.


FILMOGRAPHIE


2023 / "Aktiv gegen Beinschmerzen" / publicité / pour REVITIVE


2022 / "ARRIVAL - a little film story" / court métrage


2022 / "Green", "Coral", "Cowgirls" / films pour le secteur de la mode / pour STREETONE


2021 / "The Power Reset (VO : "Alles auf Grün)" / documentaire de fiction / disponible sur AMAZON PRIME VIDEO


2021 / "Fresh Air. Fresh Mind." / spots publicitaires - danse / pour ZEHNDER GROUP


2020 / "C'est ton Moment" / publicité / pour NIVEA


2020 / "DreaMobility" / publicité / pour SIEMENS


2019 / "Yourself" / commercial / POUR NORTH



LIENS PROMOTIONNELS







© ITW 2023 Isabelle Rouault-Röhlich

14 vues

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page